Détoxifier son intérieur

Les sources de pollution intérieure se sont multipliées et l’air de notre habitat est devenu souvent problématique, notamment pour les plus fragiles d’entre nous : les femmes enceintes et les nourrissons. Il faut donc être particulièrement attentifs à limiter au maximum les polluants de la maison.

Image

Sommaire

- Éviter les perturbateurs endocriniens
- Limiter les allergies
- Éviter le plastique au maximum
- Faire le ménage et aérer
- Des insecticides naturels
- Des désodorisants sains
- Ne pas fumer à l’intérieur
- Nettoyer son animal de compagnie
- Bien choisir ses plantes

C’est bien connu, l’air que nous respirons chez nous est plus pollué que celui de la rue. Jusqu’à six fois, selon le Haut Conseil de la santé publique.*
“Sans toujours le savoir, nous laissons entrer chez nous de nombreux polluants : meubles neufs, produits de décoration, matériaux de construction, produits d'entretien, insecticides, peintures, cigarettes, qui tous émettent des substances polluantes”, énumère Isabelle Doumenc, naturopathe. “Les autres sources de pollution sont les moisissures, les acariens, les fumées de combustion, les filtres de hottes ou de VMC encrassés. Si vous ajouter à cela un manque d'aération, les polluants s'accumulent et vous vivez dans un air intérieur vicié.”*
(Voir : Lutter contre la pollution intérieure)

Éviter les perturbateurs endocriniens
Les perturbateurs endocriniens sont des polluants invisibles omniprésents dans notre quotidien. Sont émetteurs : nos meubles, les sols en PVC, les nappes en toile cirée, les rideaux de douche, les matériels électriques…
(Voir : Perturbateurs endocriniens : quels enjeux ? et Se protéger des perturbateurs endocriniens)

Limiter les allergies
Certains agents microscopiques provoquent des allergies : rhinite, gêne respiratoire, maux de tête, irritation des yeux…
Isabelle Doumenc conseille en conséquence d’adopter une décoration sobre.
“Moins votre intérieur comprendra de tissus, plus il sera sain pour vous si vous et/ou votre famille êtes sensibles aux allergènes. Les moquettes, tapis, tentures, sont des nids à allergènes. Ils les accumulent et sont plus difficiles à nettoyer.”*
(Voir : Pollution intérieure et allergies)

Éviter le plastique au maximum
Bisphénols et phtalates dans les biberons, les jouets, les ustensiles en plastique, les toiles cirées et les papiers peints plastifiés… Il devient urgent de changer ses habitudes et d’opter pour des matériaux sans risque : biberons en verre, jouets en bois (sans vernis), vaisselle en faïence, porcelaine, inox ou verre (voir : Se passer du plastique).

Faire le ménage et aérer
Pour limiter les COV (composés organiques volatils) et les COSV (composés organiques semi-volatils), il faut éviter les détergents ménagers classiques, en spray ou liquides, préférer les écolabels voire fabriquer soi-même ses produits nettoyants… Et surtout aérer, se déchausser dans l’entrée et faire le ménage régulièrement (voir : Un ménage impeccable et éco-responsable) !
Une ou deux fois par an, il faut penser à nettoyer les grilles et bouches d’aération.
D’une manière générale, dès qu’on fait des travaux ou qu’on installe un nouveau meuble, il faut aérer abondamment.

Des insecticides naturels
Pour les mêmes raisons, on fuira les sprays insecticides. Contre les moustiques, Isabelle Doumenc conseille de mettre des plants de tomates sur les rebords de fenêtres. Contre les fourmis, de déposer sur leur trajet du bicarbonate de soude additionné d’huile essentielle (HE) de citron ou de lavande. Contre les blattes, de mélanger du sucre et du bicarbonate de soude.

Des désodorisants sains
À bannir également : bougies ou sprays désodorisants, encens… Les HE peuvent être des alliées intéressantes si on les utilise avec précaution : elles ont des vertus assainissantes et désinfectantes. On peut fabriquer soi-même ses produits, déposer simplement quelques gouttes d’HE sur un galet en céramique ou utiliser des astuces de grands-mères…
(Voir : Une maison qui sent bon, Les huiles essentielles pour la maison et Des idées pour parfumer et assainir son intérieur)

Ne pas fumer à l’intérieur
Et inutile de tenter de désodoriser pour enlever l’odeur de la cigarette ! Même si l’on ouvre la fenêtre, la pollution du tabac s’infiltre partout : sur les rideaux, la moquette, les canapés…
“Chez vous, la seule solution, quand une personne veut fumer, est de lui demander de sortir du logement pour le faire”*, affirme Isabelle Doumenc.

Nettoyer son animal de compagnie
Chats et chiens produisent des allergènes et des polluants, du fait notamment des produits anti-parasites qu’on leur applique. Il faut effectuer un brossage ou un lavage régulier, à l’extérieur.
Il faut savoir que les colliers antipuces diffusent en permanence des perturbateurs endocriniens. Il vaut mieux utiliser les pipettes en évitant les câlins à l’animal pendant les deux jours qui suivent l’application du produit.*

Bien choisir ses plantes
Des études en laboratoires ont montré la capacité de certaines plantes à dépolluer. C’est le cas notamment du ficus, du chlorophytum et du philodendron concernant le formaldéhyde. C’est le cas également du lierre, du kentia et du dracaena pour le benzène ou le toluène (voir : Dépolluer son intérieur avec des plantes).*

Nous avons tout à gagner à vivre dans un environnement plus sain !

 

*50 gestes pour détoxiquer son intérieur, Isabelle Doumenc, éditions Larousse

 En savoir +

Dépolluer sa voiture

L’habitacle d’une voiture contient un véritable cocktail de substances polluantes, notamment des retardateurs de flammes et des phtalates dans les sièges et les plastiques. Une voiture neuve doit être aérée copieusement !
Par ailleurs il vaut mieux éviter les absorbeurs d’odeur, désodorisants et autres sapins parfumés qui émettent des molécules nocives.

Pour nettoyer les éléments en plastique à l’intérieur, il faut éviter les bombes nettoyantes du commerce et utiliser simplement un chiffon (éventuellement en microfibres) imbibé de vinaigre blanc.
Le lavage extérieur doit être effectué dans une station spécialisée.
Il faut penser à changer régulièrement le filtre à air de la ventilation.*

Vie Saine et Zen