Restos du cœur : "L’aide alimentaire est à bout de souffle"

Face à l’inflation, l’État se contente de chercher de l’argent à droite à gauche pour faire pansement.

C’est ce qu’observe et dénonce Pauline Scherer, sociologue et cofondatrice de l’association Vrac et Cocinas. Selon elle, il faudrait repenser le système alimentaire dans son ensemble. Les dispositifs d’aide alimentaire, d’une manière générale, ne sont pas durables et n’arrivent plus à répondre aux besoins.
"C’est avant tout notre système économique qui creuse les inégalités. Les salaires n’augmentent pas suffisamment, les écarts de revenus se sont accrus et des personnes qui travaillent ne peuvent pas payer leurs charges, dont l’alimentation." Il conviendrait d’appréhender ces enjeux de façon systémique, plutôt que de se pencher seulement sur une partie du problème. 

Parmi les pistes les plus intéressantes, il y a celle de la SSA (Sécurité Sociale Alimentaire) qui propose de faire de l’alimentation un droit universel pour tous.
Principe : ajouter une branche au régime général de la Sécurité sociale, de façon à garantir à chacun un budget alimentaire tous les mois, par exemple de 150 € par mois et par personne. 
"Il s’agit d’une vraie voie de réflexion collective qui peut embarquer le monde paysan, les habitants, notamment des quartiers populaires, les militants, les élus…" 

 

Source : Reporterre, Amélie Quentel - 07/09/23

Vie Saine et Zen